Le pardon existe t'il pour la guerre ?

Publié Modifié @ Auteur

Deux personnes s'étreignent lors du pardon accordé.
Source : https://batinote.wordpress.com/2015/09/01/le-pardon/

Nous savons tous que l’homme est capable de faire l’innommable en temps de guerre bien avant aujourd’hui. Mais le temps passant, les informations s’effacent de la mémoire collective. Quelques nœuds mémoriels résistent à ce délitement : des groupes humains attachés à des faits, à des demandes de reconnaissances de ces faits par les pays coupables concernés, par la communauté mondiale.

Après la Seconde Guerre Mondiale, le monde découvre les « horreurs de la guerre ». Et ce, avec la puissance des moyens d’informations modernes « les actualités » non seulement sur le champ de bataille mais surtout après…
Le problème propre à ce domaine est que, malgré de nombreux rappels, parfois obsessionnels, apportés par tous types de médias, notre espèce continue à détruire ses propres éléments.

Puis, la réalité nous rattrape. Le fait de faire souffrir, de tuer, sans état d’âme, comme pour détruire un objet qui sera recyclé ou tout simplement entassé sur d’autres restes inutiles fait partie du comportement évident de l’espèce humaine.

Chaque jour apporte des images démontrant jusqu’à l’écœurement le fait si simple de supprimer une vie, des vies; par lâcheté, par convoitise, par haine, par désintérêt, par intérêt…

Qu’est ce que le pardon ?

Comme l’a écrit le philosophe Vladimir Jankélévitch lorsqu’il évoque les comportements de haine durant la Seconde Guerre Mondiale d’humains vis à vis d’autres humains:

Le pardon est mort dans les camps de la mort.

- Quelqu’un aura assez confiance en l’humanité et de courage pour se tourner vers les victimes survivantes pour demander leur pardon ?

En premier, accorder son pardon, demande une évidente force morale pour accepter d’effacer le besoin de vengeance, de justice, car cela n’écarte en rien la souffrance. Et surtout cela ne signifie pas que l’on oublie. C’est pourquoi, a fortiori, il est très difficile de pardonner mais pas impossible cependant.

Puis, il convient de préciser que c’est l’offensé, le blessé, le torturé, qui donnent leur pardon. Une personne morte ne peut l’accorder. Ce serait donc à ses proches concernés, les parents, les amis de le faire…