Burundi : conflits ethniques et violations des droits humains

posted

Trois ans après le début de la répression, des bilans très lourds

430 000 Burundais ont fui les violences du régime de Pierre Nkurunziza depuis avril 2015 . L’ONU qualifie ces violences de « crimes contre l’humanité » car ils sont « commis dans le cadre d’une attaque généralisée ou systématique lancée contre une population civile et en connaissance de cette attaque » . La répression des manifestations est caractérisée par un usage « disproportionné et souvent indiscriminé de la force létale par les corps de défense et de sécurité ». Des enlèvements ont été également attribués aux membres des Imbonerakure.

Ils exigent ensuite de la famille une rançon pour libérer leur prisonnier ou rendre son cadavre .

Les Imbonerakure

Le 27 juin 2018, la commission d’enquête de l’ONU sur le Burundi a accusé la milice des Imbonerakure d’être la principale responsable des exactions commises durant la récente campagne pour le référendum constitutionnel . Malgré les répressions et les menaces, la société civile est toujours active, au Burundi ou en exil, notamment pour porter à la connaissance de tous les exactions commises par le gouvernement, dénoncer le manque de dialogue et réclamer la médiation par les institutions internationales.

Une société civile toujours active malgré la censure

La presse est également menacée et l’offre médiatique au Burundi a diminué ces dernières années. Une quinzaine de radios privées a disparu après la tentative de coup d’État de 2015. L’Union burundaise des journalistes , qui avait attiré l’attention sur la répression des médias dans le pays, a été interdite en octobre 2016. Selon l’ONG Freedom House, des journalistes ont été arrêtés ou certains sont portés disparus.

Ces menaces et le harcèlement subi favorisent l’autocensure mais également l’exploitation des réseaux sociaux pour continuer à informer, bien que les connexions à internet soient limitées aux zones urbaines . Ainsi, Iwacu, l’un des derniers médias libre au Burundi, continue à publier des informations indépendantes et fiables en contournant la censure grâce aux réseaux sociaux .

par
categories ,