Publié le Modifié le


APD - Aide Publique au Développement
Définition et champ couvert
1) Émaner d’organismes publics, y compris les États et les collectivités locales, ou d’organismes agissant pour le compte d’organismes publics ; et
2) Sachant que chaque opération doit en outre :
a) avoir pour but essentiel de favoriser le développement économique et l’amélioration du niveau de vie des pays en développement ; et
b) être assortie de conditions favorables et comporter un élément de libéralité au moins égal à 25 % (sur la base d’un taux d’actualisation de 10 pour cent). »
Source : APD
approche holistique
Une approche holistique est donc une approche globale de la personne ou de l’organisation. Le premier principe fondamental de l’approche (globalo-holistique) de la personne est que le tout (la personne) n’est pas la somme de ses parties ! Car le tout relève d’une édification / organisation / intelligence dépassant toujours la somme des parties qui le composent. Comme exemple, avec cette approche, on considère l’être humain dans toutes ces dimensions : corps (physique), mental (intellect), cœur (émotions) est esprit (spirituel). On l’appelle aussi le paradigme de la personne entière.
Source : Qu’est-ce qu’une approche holistique ?
biosphère
La notion de biosphère désigne à la fois un espace vivant et un processus dynamique sur la Terre (jusqu’à ce jour et depuis près de 4 milliards d’années)
Source :
Wikipedia
CEDEAO
La CEDEAO (Commission de la Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest ) est guidée par ses principes fondamentaux dans tous ses rapports avec les États membres, citoyens et d’autres organismes externes. Ces principes sont consacrés par le Traité de la Communauté, qui est aussi le document fondamental qui lie membres ensemble.
Source : CEDEAO
DDR – Désarmement, Démobilisation et Réintégration
Le processus de DDR fait désormais partie intégrante des efforts de consolidation de la paix après un conflit et a occupé une large place dans les mandats confiés aux opérations de maintien de la paix au cours des 20 dernières années.
Source : Désarmement, démobilisation et réintégration
Coefficient GINI
Le coefficient de Gini est une mesure statistique qui permet de mesurer des disparités dans une population donnée. Le coefficient de Gini est utile pour synthétiser l’inégalité de salaire, de revenu et de niveau de vie au sein d’un pays. Il varie entre 0 et 1. Le coefficient de Gini, aussi appelé indice de Gini, est égal à 0 dans un pays où il existe une égalité parfaite, où tous les salaires, les revenus et les niveaux de vie sont égaux.
À l’inverse, il est égal à 1 lorsque, dans un pays donné, tous les salaires et les revenus seraient nuls sauf un. Plus l’indice de Gini est élevé, plus l’inégalité est importante. Le coefficient de Gini est également utilisé pour comparer les inégalités de salaires au sein d’une entreprise mais aussi pour calculer l’inégalité de richesse ou de patrimoine.
Source : Coefficient de GINI
DFID – Department for International Development
The Department for International Development (DFID) leads the UK’s work to end extreme poverty. We are tackling the global challenges of our time including poverty and disease, mass migration, insecurity and conflict. Our work is building a safer, healthier, more prosperous world for people in developing countries and in the UK too.
Source : DFID in the news
espèce
Une espèce est une population ou un ensemble de populations dont les individus peuvent effectivement ou potentiellement se reproduire entre eux et engendrer une descendance viable et féconde, dans des conditions naturelles.
Source : Ernst Mayr Wikipedia
FMI
Le Fonds monétaire international (FMI) encourage la stabilité financière et la coopération monétaire internationale, et s’efforce aussi de faciliter le commerce international, d’œuvrer en faveur d’un emploi élevé et d’une croissance économique durable, et de faire reculer la pauvreté dans le monde. Le FMI est gouverné par ses 189 États membres, auxquels il rend compte de son action.
Source : FMI
hard power
La puissance dure applique des contraintes si fortes qu’il faut se défendre si l’on veut rester libre. L’emploi de la force armée ou des contrats et des stratégies commerciales en sont des exemples.
Source : – Frederi Delours
IDH – Indice de Développement Humain
L’IDH est un indice composite, sans dimension, compris entre 0 (exécrable) et 1 (excellent). Il est calculé par la moyenne de trois indices quantifiant respectivement :
– la santé / longévité (mesurées par l’espérance de vie à la naissance), qui permet de mesurer indirectement la satisfaction des besoins matériels essentiels tels que l’accès à une alimentation saine, à l’eau potable, à un logement décent, à une bonne hygiène et aux soins médicaux. En 2002, la Division de la population des Nations unies PNUD a pris en compte dans son estimation les impacts démographiques de l’épidémie du sida pour 53 pays, contre 45 en 2000 ;
– le savoir ou niveau d’éducation. Il est mesuré par la durée moyenne de scolarisation pour les adultes de plus de 25 ans et la durée attendue de scolarisation pour les enfants d’âge scolaire. Il traduit la satisfaction des besoins immatériels tels que la capacité à participer aux prises de décision sur le lieu de travail ou dans la société ;
– le niveau de vie (logarithme du revenu brut par habitant en parité de pouvoir d’achat), afin d’englober les éléments de la qualité de vie qui ne sont pas décrits par les deux premiers indices tels que la mobilité ou l’accès à la culture.
Source : IDH
lanceur
En astronautique, un lanceur est une fusée capable de placer une charge utile en orbite c’est-à-dire de lui imprimer une vitesse horizontale supérieure à environ 8 km/s.
Source : lanceur
lexdih
Ce lexique porte sur différents termes utilisés dans le domaine du droit international humanitaire. Il peut être considéré comme un instrument de travail pour celui qui doit utiliser ces concepts dans l’exercice de ses fonctions. Il comprend plus de 200 définitions relatives à l’action du personnel de santé engagé dans des conflits armés, quelques articles de fond, plus de 200 liens pointant vers d’autres sites en relation avec le droit international humanitaire.
Source : lexdih
lobbying
Le lobbying est l’ensemble des actions d’influence réalisées par une entreprise ou un groupe envers les hommes politiques, les pouvoirs publics et plus largement sur des décideurs.
Source : <marketing-etudiant.fr
matières organiques
Les matières organiques correspondent à la matière qui compose les êtres végétaux ou animaux ou les micro-organismes. La matière organique se distingue par son évolution rapide et son besoin de carbone.
Source : L’internaute
médiateur
Un médiateur est une tierce partie neutre qui aide deux autres partie ou plus à définir des options pour résoudre leur différend. Le médiateur ne prend par partie, pas plus qu’il ne donne de conseils ou d’avis aux parties à la médiation.
Source : Qu’est-ce qu’un médiateur?
missile balistique
Fusée qui lance une ou plusieurs armes en leur donnant une trajectoire essentiellement balistique, c’est-à-dire influencée uniquement par la gravité et la vitesse acquise par une force d’accélération initiale.
missile balistique intercontinental
Un missile balistique intercontinental (en anglais, intercontinental ballistic missile : ICBM) est un missile balistique à longue portée (plus de 5 600 km).
neurosciences
Les neurosciences cognitives sont une branche de la médecine dont l’objet est l’étude du fonctionnement du cerveau et des facultés de cognition, c’est-à-dire les fonctions de raisonnement, de mémorisation, de perception, de motricité ainsi que le langage et les émotions.
Source : santé-médecine _ journal des femmes
ombudsman
Le terme ombudsman est d’origine suédoise. En Suède, il a d’abord été utilisé pour désigner un fonctionnaire nommé pour examiner les plaintes des citoyens contre les institutions gouvernementales. Les ombudsmans qui servent le public et mènent des enquêtes officielles sont aujourd’hui considérés comme ombudsmans classiques, tandis que les ombudsmans d’organisations dispensent des services informels de règlement de différends liés à des questions de travail aux employés d’une organisation ou institution – universités ou collèges universitaires, par exemple. Aux Nations Unies, l’Ombudsman exerce les fonctions d’ombudsman d’organisation. En tant que partie neutre et indépendante, il aide les employés des Nations Unies à régler leurs problèmes liés à leur travail et à régler les conflits par des voies informelles.
Source : Qu’est-ce qu’un ombudsman?
OIF – Organisation Internationale de la Francophonie
Le terme francophonie est apparu pour la première fois vers 1880, lorsqu’un géographe français, Onesime Reclus, l’utilise pour désigner l’ensemble des personnes et des pays parlant le français. On parle désormais de francophonie avec un « f » minuscule pour désigner les locuteurs de français et de Francophonie avec un « F » majuscule pour figurer le dispositif institutionnel organisant les relations entre les pays francophones.
Source : OIF
OMC – Organisation Mondiale du Commerce
L’Organisation mondiale du commerce est la seule organisation internationale qui s’occupe des règles régissant le commerce entre les pays. Au cœur de l’Organisation se trouvent les Accords de l’OMC, négociés et signés par la majeure partie des puissances commerciales du monde et ratifiés par leurs parlements. Le but est d’aider les producteurs de marchandises et de services, les exportateurs et les importateurs à mener leurs activités.
Source : OMC
ONU – Organisation des Nations Unies
L’Organisation des Nations Unies est une organisation internationale fondée en 1945. Aujourd’hui, elle compte 193 États Membres. La mission et le travail des Nations Unies sont guidés par les objectifs et principes énoncés par sa Charte fondatrice.
Source : ONU
RSS – Réforme des Systèmes de Sécurité
Une fois que le conflit a pris fin, il est essentiel de réformer le système de sécurité du pays. Cela est indispensable si l’on veut instaurer une paix et un développement durables qui permettent aux populations de se sentir en sécurité et d’avoir confiance dans les institutions étatiques.
Source : Réforme du secteur de la sécurité
soft power
Capacité à obtenir une cooptation par la séduction et l’incitation.
Source : – Frederi Delours
terre
La Terre est la plus grande des planètes telluriques (ou rocheuses). Elle est recouverte à 71 % par des mers et des océans, d’où son surnom de « planète bleue ».
Source : Centre National d’Etudes Spatiales
travail en silo
On parle de plus en plus du phénomène du travail en silo, le plus souvent pour le critiquer. Cet usage provient d’une métaphore avec les silos agricoles dans la langue anglaise (working in silo, silo working, silo thinking, silo mentality, silo effect, silo management, etc.). De plus en plus utilisée au Québec et, dans une moindre mesure, en Europe francophone, l’image des silos renvoie à chacun des éléments d’une structure organisationnelle (personne, équipe, service, etc.) qui fonctionne de manière autonome, sans lien étroit ni partage d’information avec le reste de l’organisation. On trouve aussi la locution adverbiale en silo pour qualifier l’action ou le travail de tout intervenant ou intervenante dans un domaine ou dans un dossier.
Source : Silo
UA – Union Africaine
L’Union Africaine s’engage à renforcer une Union centrée sur les peuples en communiquant activement les programmes de l’Union africaine, l’image de marque de l’Union et la participation des États membres et des autres parties prenantes à la définition et à la mise en œuvre de l’agenda africain.
Source : UA
UEMOA – Union Economique et Monétaire Ouest Africaine
Union Economique et Monétaire Ouest Africaine – Renforcer la compétitivité des activités économiques et financières des États membres dans le cadre d’un marché ouvert et concurrentiel et d’un environnement juridique rationalisé et harmonisé…
Source : UEMOA
EUTM – European Union Training Mission in Mali
La mission de formation de l’Union européenne au Mali, en abrégé EUTM Mali (de l’anglais European Union Training Mission in Mali), est une opération de l’Union européenne décidée dans le cadre de la politique étrangère et de sécurité commune, approuvée par le Conseil de l’Union européenne en plusieurs étapes.
Source : Mission de formation de l’Union européenne au Mali
UNESCO – Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture
L’UNESCO a pour vocation la coordination de la coopération internationale en éducation, sciences, culture et communication. Par ce moyen, elle renforce les liens entre les nation set les sociétés et mobilise le plus grand nombre pour que chaque enfant et chaque citoyen …
Source : UNESCO

Proposé par

Publié le Modifié le


© Le Monde @ Philippe-Jean Catinchi | Mis à jour le 04.05.2018 à 09h43


Spécialiste de l’Afrique, l’historienne Catherine Coquery-Vidrovitch revient sur l’élaboration de son ouvrage,
  • Les Routes de l’esclavage, et de la série documentaire du même nom, diffusée sur Arte, sur laquelle elle a été conseillère historique avec Eric Mesnard.

Lequel de ces projets a précédé l’autre ?

J’ai d’abord fourni mon carnet d’adresses des spécialistes internationaux, longuement interviewés. Cela m’a donné l’idée de me reporter à leurs travaux spécifiques pour comprendre comment tous ces processus s’enclenchaient. Par exemple, les ­réalisateurs ont choisi de parler seulement de l’ancien Mali. Ils ont voulu donner des sources une image visuelle en montrant à plusieurs reprises un ou une archiviste extrayant un document d’une réserve précieuse.

Bien sûr, l’idée commune est de montrer les dimensions du processus et son importance dans l’histoire du monde en général et de l’Occident en particulier. Ce que je voulais faire, c’est montrer que l’esclavage et les traites des Africains ont concerné quasiment le monde entier. Il fallait pour cela que je les lise tous pour trouver les liens multiples qui les relient.


Sur le même sujet lire également : Les routes de l’esclavage

Proposé par
categories

Publié le Modifié le

Domination, violence, profit : le système criminel de l’esclavage a marqué l’histoire du monde et de l’humanité. Au fil de ses routes, cette série documentaire retrace pour la première fois la tragédie des traites négrières. Captivant et implacable. Premier volet : de la chute de Rome en 476 à la fin du XIVe siècle.

Après la chute de Rome en 476, les peuples (Wisigoths, Ostrogoths, Berbères, Slaves, Byzantins, Nubiens et Arabes) se disputent les ruines de l’Empire. Tous pratiquent l’asservissement – esclave viendrait du mot slave.

Mais au VIIe siècle émerge un Empire arabe.

  • Au rythme de ses conquêtes se tisse, entre l’Afrique et le Moyen-Orient, un immense réseau de traite d’esclaves, dont la demande ne cesse de croître et qui converge vers Bagdad, nouveau centre du monde.

** Après la révolte des Zanj – des esclaves africains –, qui s’achève dans un bain de sang, le trafic se redéploie vers l’intérieur du continent.

** Deux grandes cités commerciales et marchés aux esclaves s’imposent : Le Caire au nord, et Tombouctou au sud, place forte de l’Empire du Mali d’où partent les caravanes.

Au fil des siècles, les populations subsahariennes deviennent la principale matière première de ce trafic criminel.

Réalisation : Daniel Cattier, Fanny Glissant, Juan Gélas.
Pays : France
Année : 2018

Proposé par
categories ,

Publié le Modifié le

Tribune

A quoi servent les conventions internationales ?


La mauvaise foi de ceux qui se sentent puissants rabaissent les relations internationales au niveau des disputes de cour d’école. Voici un léger historique de certaines conventions.

1.139 – Concile de Latran

- Pour les chrétiens, l’utilisation de l’arbalète fut prohibée lorsqu’ils se battaient entre eux. On avait des règles de chevalerie !
Avec l’arme du diable ou l’arme des lâches, on peut blesser ou tuer de loin avec une plus redoutable efficacité que celle de l’arc.
- Les autres, non chrétiens, ce n’était pas nous, alors on pouvait l’utiliser contre eux.
- Cette interdiction fut respectée pendant une cinquantaine d’années, le temps que les arcs, [ tout de même plus rapides d’emploi ( Bataille de Crécy ) ], prennent le dessus et que les premières armes à feu apparaissent.

L’arbalète de combat est toujours utilisée.

1.899 – Première conférence de La Haye

- La balle Dum Dum était interdite entre nous, occidentaux. [ Les balles se fragmentant ou s’aplatissant à l’impact sont interdites.]
- Bien sûr c’était très efficace contre les tribus sauvages puisque ce n’était pas nous ou contre les bêtes dites aussi sauvages
- Mais maintenant c’est le must ce type de munition !

2.012 – 2.018 – Syrie – hors convention

- On peut donc massacrer, [ bébés, enfants, femmes, hommes, jeunes, vieux, civils, humanitaires, journalistes, médecins et personnels soignants (c’est plus efficace…) ], au bas mot, même si le calcul n’est pas tellement vérifiable,
Entre 320.000 et 465.000 personnes en six ans.
QUAND MÊME ?

Armes chimiques ou pas ! Que faut il comprendre ? Le décompte macabre l’est moins en fonction de l’arme utilisée ?

Les armes chimiques

  • 1925 – Protocole de Genève – *- OIAC L’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques vise à l’élimination complète des armes chimiques dans le monde entier. A cette fin, la Convention contient quatre dispositions clés afin de:
    • vérifier la destruction de toutes les armes chimiques existantes.
    • prendre les mesures propres à mettre fin à la fabrication d’armes chimiques.
    • fournir assistance et protection à tout État partie faisant l’objet de menaces ou d’attaques à l’arme chimique.
    • promouvoir la coopération internationale dans le domaine de l’utilisation pacifique de la chimie.
      Suite à la Première Guerre Mondiale: ypérite et autres gaz de combat…

Dans le préambule de la Convention sur l’interdiction des armes chimiques, le premier paragraphe est libellé comme suit :

Les États parties à la présente Convention,
Résolus à agir en vue de réaliser des progrès effectifs vers un désarmement général et complet sous un contrôle international strict et efficace, y compris l’interdiction et l’élimination de tous les types d’armes de destruction massive,

  • 1.972 – Protocole de Genève – toujours… Il existe également le paragraphe suivant :

    Reconnaissant que la présente Convention réaffirme les principes et les objectifs du Protocole de Genève de 1925 et de la Convention sur l’interdiction de la mise au point, de la fabrication et du stockage des armes bactériologiques (biologiques) ou à toxines et sur leur destruction, signée à Londres, Moscou et Washington le 10 avril 1972, ainsi que les obligations contractées en vertu de ces instruments,…

    Pourquoi préciser réaffirme et biologiques ?
    Certains n’auraient pas compris le contenu du premier texte ?

Oui, parce que entre temps, on avait employé l’agent orange le défoliant de l’horreur.
Puis, souvenez vous, le napalm

A quoi pensent ceux qui se lèvent le matin pour créer des armes ?



Qu’est ce que la ligne rouge qui nous est proposée comme argument ultime ?

Cela suffit ! L’expression image bien le propos agacé.


Bien sûr, l’épouvante… ! chlore, ypérite, sarin, tabun, zyklon et le reste…
Dans les années soixante, l’armée se préparait aux techniques NBC. On apprenait à utiliser, en simulation, les syrettes d’atropine que l’on devait se planter dans la cuisse. En cas d’utilisation réelle, cela devait se faire quand par malheur, et quand même temps, par chance, on avait compris, qu’à l’instant, une goutte d’une substance nous avait touché malgré notre équipement, ou si notre masque à gaz n’était plus opérationnel.

Quel est le processus de décision quand on estime que la ligne rouge est franchie ?

On plonge donc dans l’émotionnel, dans l’affect, dans la perte du contrôle objectif !
La décision à l’emporte pièce, lourde de conséquences, lance un processus qui normalement est déclenché après avoir consulté des esprits, en principe, ne baignant pas dans les mêmes outrances et après mûre réflexion.

Et pour montrer une détermination fiévreuse, mortifère, on fédère son désir d’agir avec ceux qui ont la même paranoïa. A plusieurs on est plus fort.
Cela rappelle de bien mauvais souvenirs : Irak, Lybie, et sûrement d’autres massacres…

Et puis dans la précipitation, pour ne pas entraver la marche, on s’affranchit des règles démocratiques nationales ou internationales.

- Bien entendu après le fait accompli, que peut on faire ?

Qui est coupable et quelles sont les sanctions ?

Donc, en toute simplicité, si quelqu’un connait des éléments factuels relatifs à l’interdiction d’emploi de produits chimiques de cette nature, on informe les entités compétentes et cela doit déclencher une procédure.

Toujours sur la même convention :

Article XIV. Règlement des Différends

1. Les différends qui naîtraient au sujet de l’application ou de l’interprétation de la présente Convention sont réglés suivant les dispositions pertinentes de la Convention et d’une manière conforme aux dispositions de la Charte des Nations Unies.

2. En cas de différend entre deux ou plusieurs États parties, ou entre un ou plusieurs États parties et l’Organisation, quant à l’interprétation ou à l’application de la présente Convention, les parties se consultent en vue de régler rapidement ce différend par la voie de négociations ou par tout autre moyen pacifique de leur choix, y compris en ayant recours aux organes appropriés de la Convention et, par consentement mutuel, en saisissant la Cour internationale de Justice conformément au Statut de cette dernière. Les États parties en cause tiennent le Conseil exécutif informé des mesures prises.

Rappel : La Syrie accède à la Convention le 14 septembre 2013

Dans le cas de la Syrie, admettons que la Cour de Justice Internationale décide de faire incarcérer le présumé fautif, qui irait chercher Bachar el-Assad pour lui passer les menottes ?

  • (en arabe : بشار الاسد), né le 11 septembre 1965 à Damas, est un homme d’État syrien. Il est président de la République arabe syrienne depuis le 17 juillet 2000, date à laquelle il a succédé à son père, Hafez el-Assad. Il est de confession alaouite, branche du chiisme. Il exerce également les fonctions de secrétaire régional du Parti Baas. Il est au centre de l’actualité internationale lors de la guerre civile syrienne, pendant laquelle il est accusé de crimes de guerres et de crimes contre l’humanité.

24 octobre 1945 – Création de l’Organisation des Nations Unies

Entrées à l’Organisation des Nations unies le 24 octobre 1945, l’Égypte et la Syrie étaient membres fondateurs de l’Organisation. Après le plébiscite du 21 février 1958, l’Égypte et la Syrie se sont unies pour former la République arabe unie, qui a continué à être représentée à l’Organisation avec un siège unique. Le 13 octobre 1961, la Syrie a recouvré son statut d’État indépendant et repris son siège à l’Organisation des Nations unies. Le 2 septembre 1971, la République arabe unie a changé son appellation en République arabe d’Égypte.




La vie continue et les lois doivent s’adapter au réel.

Il est nécessaire de mettre à jour le Protocole de Genève encore


Pour information, ces deux éléments qui prouvent que certains humains sont ?

Vous connaissez les obus à uranium appauvri ?

Effet sur les populations civiles

Taux de malformations congénitales observé par l’hôpital Universitaire de Basorah.

Les armes à uranium appauvri ont été employées massivement dans les conflits récents. De grandes quantités ont été dispersées dans les théâtres de guerre (Balkans, Irak, Afghanistan…).

  • Dans les zones les plus touchées, il a été constaté une hausse spectaculaire des malformations ainsi que des cancers, sans qu’aucune enquête n’ait été faite, que ce soit par les autorités locales ou l’OMS.
    L’OMS a signé un accord avec l’Agence internationale de l’énergie atomique l’AIEA le 17 juillet 1948 qui stipule que l’OMS ne doit pas faire d’étude sur les effets de la radioactivité sans l’accord de L’AIEA.
    Dans les faits, l’AIEA donne rarement l’autorisation d’enquêter.
    l’Independent WHO se bat contre cet accord.

Vous connaissez la DIME ?

La munition DIME est également redoutable.

  • Le Dense Inert Metal Explosive (DIME) est, en 2009, une munition expérimentale à base d’une enveloppe en fibres de carbone contenant un explosif mélangé à un alliage de poudre de tungstène avec également du cobalt, du nickel ou du fer. Sa production à usage militaire a débuté au début des années 2000.
    • Effet sur la santé
      Les bombes de ce type créent des dommages très importants sur la matière vivante et les tissus mous (derme, muscles et os, constitués essentiellement d’eau) dans un rayon inférieur à 10 mètres, et peu ou pas au-delà. Les blessures provoquées sont quasiment incurables et conduisent généralement à l’amputation. Effet connexe, la contamination de l’organisme par ces métaux lourds favorise l’apparition de cancer chez les survivants. Les particules induisent à court terme des transformations néoplasiques des ostéoblastes chez l’homme. Une étude du Département américain de la santé sur les rats a indiqué en 2005 que HMTA induisait à court terme des rhabdomyosarcomes.

Cela vous suffit il !?

A quoi pensent ceux qui se lèvent le matin pour créer des armes ?

Proposé par
categories ,

Publié le Modifié le

Comprendre le changement

Il s’agit pour Georges Balandier avant tout de faire l’analyse d’une situation, c’est-à-dire d’un certain état de la société indissociable de rapports de forces changeants, qui sont aussi des rapports de sens. Si l’on considère l’instabilité comme l’état normal des collectifs humains, alors il est vain de chercher des armatures pérennes qui en garantiraient l’existence. L’un et l’autre ont toujours navigué entre sociologie et anthropologie, et ils ont aussi l’un et l’autre placé au cœur de leurs analyses l’idée que les luttes sociales sont aussi des luttes de significations, ou mieux, des luttes pour la définition de la réalité sociale.

Une vision inversée du monde

Son hommage dans le numéro des Cahiers d’études africaines, revue d’ethnologie africaniste dont il a été membre, témoigne bien de l’influence de Balandier à la fois dans les sciences humaines et sociales et du caractère pionnier de ses analyses qui ont transgressé les frontières des disciplines.

Ouvrir le dialogue entre « ordre » et « désordre »

Ils ont en effet contesté les approches culturalistes, formalistes et matérialistes qui se développaient après la Seconde Guerre mondiale. Ces approches minoraient l’importance du changement social en se concentrant sur l’analyse du folklore ou des mythes, ou alors, comme les marxistes, prenaient seulement en compte la lutte des classes et les forces productives pour comprendre le changement social. Pour Balandier, il s’agissait alors de se démarquer du structuralisme, du marxisme mais aussi d’une grande partie de l’anthropologie britannique et nord-américaine qui s’intéressaient certes au changement culturel , mais sans le rapporter aux cadres sociaux dans lequel il se produit. Dans ce contexte, Georges Balandier a développé une pensée très originale, fondée sur l’élaboration d’une anthropologie généralisée et comparative, soucieuse de comprendre et de saisir les dynamiques historiques déterminant les formations sociales et culturelles.

Un autre regard sur la parenté

Marginales dans l’œuvre foisonnante de Balandier, les analyses de la parenté permettent pourtant de retracer l’évolution de la définition du pouvoir dans son œuvre.

De la possession au pouvoir

On peut émettre aussi l’hypothèse que l’expérience directe de rites de possession et de divination en Afrique est à l’origine d’une certaine fascination de Balandier pour la religion, au-delà de la seule sociologie des institutions religieuses.

  • Erwan Dianteill a reçu des financements de IUF .
  • Delphine Manetta ne travaille pas, ne conseille pas, ne possède pas de parts, ne reçoit pas de fonds d’une organisation qui pourrait tirer profit de cet article, et n’a déclaré aucune autre affiliation que son poste universitaire.
Partenaires
Université Sorbonne Paris Cité apporte des fonds en tant que membre fondateur de The Conversation FR. Voir les partenaires de The Conversation France
  • Republier cet article
  • Reproduisez nos articles gratuitement, sur papier ou en ligne, en utilisant notre licence Creative Commons.

Pouvoir, société, culture : pourquoi faut-il relire Georges Balandier

Quand on évoque les grands noms de l’anthropologie, le grand public connaît bien souvent ceux de Claude Lévi-Strauss ou encore Françoise Héritier, récemment disparue. Rares sont celles et ceux qui citeront spontanément Georges Balandier. Cet éminent spécialiste de l’Afrique, décédé le 5 octobre 2016, a pourtant marqué l’histoire de l’anthropologie de son empreinte.

Proposé par